Comment financer sa maison de retraite ?

Vieillir est une bonne chose, mais l’anticiper c’est encore mieux. Il n’est pas rare actuellement de voire des personnes âgées qui dès leur retraite commencer à chercher des maisons de retraite. C’est une meilleure manière d’assurer leur sérénité et leur confort pour leur vieux jour. Avec le prolongement de la vieillesse, le nombre de personnes accueillies dans les établissements spécialisés a considérablement augmenté au cours de ces dernières années.

Ces établissements d’hébergement mettent à la disposition de chaque résident divers services, mais il faut reconnaître de que la tarification de ces derniers n’est pas toujours à la portée de toutes les bourses. En effet, en plus d’être une épreuve affective pour les héritiers, entrer en maison de retraite implique également des contraintes financières. Outre la difficulté à trouver une maison de retraite, la majorité des familles de pensionnaire ont du mal à payer leur frais de séjour.

Il faut comprendre que le coût annuel d’une place en maison de retraite est d’environ 35 000 euros en moyenne. Pour l’amoindrir, nombreuses sont les familles qui recourent à différentes aides financières.

Comment sont répartis les frais de séjour en maison de retraite ?

Avant de faire admettre votre proche en maison de retraite ehpad, vous devez connaître les 3 principaux composants des frais de séjour :

  • Soins,
  • Dépendance
  • Frais d’hébergement

Le fait de proposer cette parfaite répartition permet à une maison de retraite d’être classifiée Ehpad ou Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

Les frais liés aux soins médicaux alloués à ces personnes âgées dépendantes sont payés directement par la Sécurité sociale aux établissements d’accueil. Le tarif hébergement englobe le logement, les activités, la restauration à cause de l’obligation alimentaire, et d’autres facteurs rendant l’hospitalisation plus plaisante.Les dépenses sont à la chargedes personnes hébergées ou de leur famille.

Le tarif dépendance appliquée par les maisons de retraite médicalisées ou non est évalué par rapport au niveau de dépendance du résidant.  L’évaluation de ce dernier se fait à partir de  la grille aggir.

Souvent, ces dernières ont du mal à subvenir à ces frais. Par conséquent,  les centres d’hébergement des personnes les incitent à recourir à des aides sociales afin d’alléger les dépenses.

Allocation personnalisée d’autonomie

L’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) est l’une des aides les plus demandées par les ainés admis en résidences pour personne âgée. Grâce à l’Apa, la personne peut profiter d’une aide personnalisée à domicile. Cette politique peut également prendre en charge une partie du tarif dépendance en Ehpad.

Pour bénéficier de cette aide sociale, il faut que la personne remplisse divers critères :

  • Etre dans la catégorie GIR 1 à 4, la détermination de celle-ci est en fonction de l’état de dépendance instauré par l’Aggir.
  • Avoir plus de 60 ans révolus
  • Avoir une adresse exacte en France
  • L’aide est également allouée à une personne souffrant d’Alzheimer.

Le montant n’est pas versé sur le compte des bénéficiaires, mais directement auprès de ces centres qui accueillent des personnes âgées.

Le montant de ces allocations destinées à la prise en charge des personnes âgées, handicapées ou atteintes d’une maladie grave est calculé en fonction de 3 facteurs :

  • Le degré de dépendance du patient
  • Le tarif de dépendance offert par la maison de retraite Ehpad
  • Les revenus financiers de l’intéressé

Pour profiter de cette aide financière, il faut adresser une demande au niveau du secrétariat de la maison de retraite au service d’aide sociale du Conseil général. Il faut au préalable avoir l’avis du GIR sur le niveau d’autonomie des personnes à placer. Il est également permis de s’approcher du Conseil départemental ou aller directement au Centre communal d’action sociale (CCAS).

Il faut noter que les frais liés aux soins ne sont pas pris en compte par l’APA, mais relèvent du domaine de l’assurance-maladie.

Conscients des coûts importants liés au placement dans ce lieu de vie ; certains anticipent en contractant une assurance-dépendance. Une partie des dépenses sera à cet effet prise en charge par la mutuelle.

ASH

L’aide sociale à l’hébergement (ASH) peut payer une partie ou l’ensemble des frais liés à l’hébergement du pensionnaire. Cette disposition est destinée aux personnes dont les revenus financiers ne peuvent pas couvrir la facture de l’établissement public ou privé dans lequel il est placé.  En général, c’est la différence entre le coût de l’hébergement et les revenus de la personne qui est couverte par l’aide. Il s’agit d’une avance qui sera perçue par la suite auprès du résident ou ses proches.

La demande peut être déposée au niveau de la municipalité ou au CCAS. L’une ou l’autre s’occupera de la transmission du dossier au conseil départemental. Avant de déposer une demande ASH, il faut vérifier que l’établissement est ouvert à des personnes profitant d’aide sociale

APL

L’Aide Personnalisée au Logement est une subvention offerte pour compléter les dépenses en rapport avec le logement. Elle peut être sollicitée pour couvrir les frais d’hébergement au niveau d’un centre d’accueil pour personnes âgées

Dans le cas où d’une retraite ehpad pour une longue durée, la maison retraite ehpad sera à cet effet la nouvelle adresse de la personne admise. Celle-ci sera sa résidence principale. C’est un facteur non négligeable pour un propriétaire ainsi que pour ses proches qui se chargent de payer les frais d’hébergement et dépendance.

L’attribution d’un Apl est sous réserve de diverses conditions. C’est la Caisse des Allocations Familiales ou CAFqui détermine l’éligibilité de chaque candidature. A cet effet, cette entité va examiner :

  • Les ressources financières des personnes âgées dépendantes admises en établissement ;
  • Le frais d’hébergement journalier de l’établissement ;
  • Le lieu de localisation de la maison de retraite médicalisée. Souvent, ces dernières ont du mal à subvenir à ces frais. Par conséquent,  les centres d’hébergement des personnes les incitent à recourir à des aides sociales afin d’alléger les dépenses.

Allocation personnalisée d’autonomie

L’Allocation personnalisée d’autonomie (APA) est l’une des aides les plus demandées par les ainés admis en résidences pour personne âgée. Grâce à l’Apa, la personne peut profiter d’une aide personnalisée à domicile. Cette politique peut également prendre en charge une partie du tarif dépendance en Ehpad.

Pour bénéficier de cette aide sociale, il faut que la personne remplisse divers critères :

  • Etre dans la catégorie GIR 1 à 4, la détermination de celle-ci est en fonction de l’état de dépendance instauré par l’Aggir.
  • Avoir plus de 60 ans révolus
  • Avoir une adresse exacte en France
  • L’aide est également allouée à une personne souffrant d’Alzheimer.

Le montant n’est pas versé sur le compte des bénéficiaires, mais directement auprès de ces centres qui accueillent des personnes âgées.

Le montant de ces allocations destinées à la prise en charge des personnes âgées, handicapées ou atteintes d’une maladie grave est calculé en fonction de 3 facteurs :

  • Le degré de dépendance du patient
  • Le tarif de dépendance offert par la maison de retraite Ehpad
  • Les revenus financiers de l’intéressé

Pour profiter de cette aide financière, il faut adresser une demande au niveau du secrétariat de la maison de retraite au service d’aide sociale du Conseil général. Il faut au préalable avoir l’avis du GIR sur le niveau d’autonomie des personnes à placer. Il est également permis de s’approcher du Conseil départemental ou aller directement au Centre communal d’action sociale (CCAS).

Il faut noter que les frais liés aux soins ne sont pas pris en compte par l’APA, mais relèvent du domaine de l’assurance-maladie.

Réduction fiscale

Depuis la promulgation d’une loi en 2006, il est permis de profiter d’une réduction d’impôts sur les dépenses annuelles, soient 25%, pour une résidence ehpad. Ces dernières peuvent concerner les frais relatifs à la dépendance et à l’hébergement. Cette remise d’impôts est allouée aussi bien au résident qu’à ses proches.

Il faut cependant mentionner que les aides comme l’Apa ou l’Apl sont soustraites de ces réductions.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *